Fabienne BONNET

Diététicienne Nutritionniste Spécialisée en Micronutrition

Le cholestérol

Le cholestérol est produit naturellement par le foie à hauteur de 80 %. Celui provenant de l'alimentation représente les 20 % restants.

Nous avons donc tous du cholestérol et heureusement étant donné l'importance qu'il joue dans notre organisme !


• Près de 90 % du cholestérol de l'organisme est utilisé pour constituer les membranes de nos cellules. Il permet à cette membrane d’être souple mais aussi perméable aux nutriments et autres substances assurant, entre autres, la communication intercellulaire ;

• Il participe à la synthèse de certaines hormones sexuelles (testostérone, progestérone, œstrogènes) ou surrénaliennes comme la cortisone ;

• Il dirige le développement de certaines cellules du fœtus ;

• Il favorise la formation des synapses du cerveau ;

• C’est un composant essentiel de la bile qui permet de digérer les graisses ;

• Il est le précurseur de la vitamine D ;

• Il permet la fabrication de la coenzyme Q10 qui est importante pour la production énergétique dans l’organisme.


LDL et HLD, arrêtons la confusion !


Les acronymes LDL (pour Low Density Lipoprotein) et HDL (pour High Density Lipoprotein) définissent la façon dont le cholestérol circule dans notre organisme.

Les lipoprotéines LDL acheminent le cholestérol dans la circulation sanguine vers les cellules.

Les lipoprotéines HDL, de leur côté, captent le cholestérol qui n'a pas été utilisé et le ramènent vers le foie où il est recyclé et en partie éliminé par la bile.


Il faut savoir que de gros apports en cholestérol d’origine alimentaire inhibent la synthèse du cholestérol dit endogène (celui que votre corps fabrique naturellement).

Un organisme en bonne santé est donc capable de réguler sa production de cholestérol en fonction des quantités contenues dans votre alimentation.


Seule une prédisposition génétique favorise un taux suffisamment élevé dans la circulation pour que l'on parle véritablement de pathologie.

On parle alors d’hypercholestérolémie, et cette pathologie touche une personne sur 500 en moyenne.


Accidents cardiovasculaires : les coupables sont nombreux


Le cholestérol est régulièrement désigné comme LE responsable des accidents cardiovasculaires en favorisant la formation des plaques d'athérome sur les artères., mais il y a d’autres coupables.


En voici quelques-uns :

• La lipoprotéine a : une étude de 2009 rassemblant 36 études épidémiologiques prospectives démontre que les risques de maladie coronarienne et d’accident vasculaire cérébral sont majorés respectivement de 13 % et de 10 % pour chaque augmentation de 3,5 fois du taux de Lp(a).

• Les bactéries et les virus : deux germes, le chlamydiae pneumoniae et le cytomégalovirus ont été fréquemment retrouvés au niveau des plaques d’athérome. Selon ces recherches une infection pourrait provoquer une inflammation des parois artérielles sur laquelle le cholestérol viendrait alors s’accrocher.

• La calcification coronaire : la calcification est un phénomène inflammatoire dû à un dépôt de calcium sur la face interne des artères, l’intima, qui entraîne leur durcissement et leur épaississement. Ces cristaux agressent la paroi artérielle et plus ils sont nombreux, plus ils favorisent l'inflammation et le développement de la plaque d'athérome.

• La surconsommation de sucre : une quantité élevée de sucre dans l'alimentation entraîne de graves pathologies cardiaques. En circulant dans le sang le sucre " attaque " la paroi des vaisseaux artériels et la rend plus poreuse facilitant ainsi l'adhésion des plaques d'athérome. De plus, la sécrétion répétée d'insuline (l'hormone de régulation de la glycémie) dérègle le métabolisme entraînant la conversion des glucides en graisses. Le taux de cholestérol et les triglycérides sanguins augmentent alors, multipliant encore les facteurs de risque.


Vous l’aurez compris, pour rester en bonne santé, équilibrer son alimentation est primordial.

Prenez soin de vous.

0